A la une – LE PIEMONT

Géant parmi les géants, le Piémont est sans conteste l’un des plus prestigieux vignobles italiens. Une suprématie qu’il dispute à la très médiatique Toscane, alors que le Val d’Aoste produit des vins aux accents francophones.

 

LE PIÉMONT (avec le Val d’Aoste) est la plus occidentale des régions d’Italie, aux frontières communes avec la France et la Suisse. Elle est bordée par les Alpes et les Apennins. C’est un important producteur de VPQRD (DO et DOCG), le deuxième après le Veneto. La région dispose du plus grand nombre de zones d’appellation DOC (Denominazione di origine controllata) et DOCG (Denominazione di origine controllata e garantita) et s’enorgueillit de posséder la plus forte proportion de vins classés. Une très large majorité des vins piémontais sont issus de cépages locaux. Le noble nebbiolo est la source des appellations Barolo, Barbaresco, Gattinara et Ghemme, toutes des DOCG. Autre vignoble populaire, Dolcetto di Dogliani Superiore, issu du cépage dolcetto, est apprécié pour la rondeur de ses vins.

Le cépage brachetto est à l’origine d’un vin italien aromatique rouge pétillant qui se retrouve sous la DOCG Brachetto d’Acqui. Enfin, le barbera est un vin italien rouge très populaire, de même que le freisa et le grignolo, autres rouges régionaux. Les blancs d’appellation contrôlée représentent quand même près d’un tiers de la production. Tout d’abord, mentionnons l’asti, dont la DOCG s’applique tant au mousseux asti spumante qu’au moscato-d’asti, légèrement plus pétillant.

PLUSIEURS VINS ITALIENS IMPORTANTS SONT PRODUITS DANS LES CONTREFORTS DES ALPES

Avec une production annuelle de près de 60 millions de litres, l’appellation Asti se classe seconde derrière Chianti en termes de volume pour les vins classés. Une autre vedette bien établie est le gavi, un blanc sec élaboré à partir du cépage local cortese et qui s’est récemment ajouté à la liste des DOCG et encore plus récemment à la seule DOCG bicolore du Piémont : Roero, le rouge étant issu de nebbiolo, le blanc d’un cépage local (une fois de plus !) : l’arneis.

Une majorité des vignobles de la région sont situés dans les collines des Langhe et de Monferrato, reliées aux Apennins par le sud-est. Mais plusieurs vins d’importance sont également produits dans les contreforts des Alpes, au nord, entre le lac Majeur et le Val d’Aoste. Le point central de la production de grands vins est la ville d’Alba, centre de production de truffe blanche, sur la rivière Tanaro.

LES VINS DU VAL D’AOSTE RENFERMENT QUELQUES CHOSE DE SPÉCIAL

Dans les collines toutes proches des Langhe, on produit chaque année environ 6 millions de bouteilles de barolo, le « roi des vins et vin des rois », alors que le barbaresco, que beaucoup d’experts considèrent comme son égal, atteint rarement 2,5 millions de bouteilles par an. Les deux crus sont issus du cépage nebbiolo, qui leur donne la structure puissante qui leur permet de se bonifier pendant de nombreuses années.

LE VAL D’AOSTE est la plus petite de toutes, coincée dans le nord-ouest montagneux de l’Italie contre les frontières de la Suisse et de la France, dispose de quelques espaces précieux réservés aux vignes sur ses terrasses rocheuses. Les vins produits ici, à des volumes minuscules, renferment quelque chose de spécial, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs en Italie ou chez ses voisins étrangers. La DOC régionale connue sous le nom de Valle d’Aosta couvre 23 catégories de vins dont les noms sont donnés en italien et en français, la deuxième langue officielle. Parmi eux, les appellations Donnas et Enfer d’Arvier, qui existent depuis longtemps, ainsi que les blancs de Morgex et de La Salle, dont les vignobles sont plantés à l’ombre du mont Blanc, et réputés pour être parmi les plus hauts de l’Europe continentale.

Ce texte est extrait de la collection La Revue du vin de France / Figaro Magazine, publié en 2008 aux éditions Marie Claire.

La vidéo de notre fournisseur Teo-Costa

Tweetez
Partagez
Partagez